blog different

...

14 juin 2012

Adepte du LateX

C'est sûr, je vais gagner des lecteurs avec un titre pareil. 

Au risque de vous décevoir, je ne m'habille pas de matières caoutchouteuses la nuit venue. Non, ce à quoi je consacre mes plus récentes insomnies, ce à quoi Yannou m'a récemment convertie (à son grand désespoir, pas la version caoutchouteuse), c'est le langage de programmation pour geeks de l'extrême, dans lequel je nourris l'espoir de rédiger ma thèse pour éviter les bugs indigestes de Word. Mais il faut bien l'avouer, ce n'est pas encore gagné...

Y a-t-il un Genorb dans la salle pour me comprendre? 

Ma vie a un peu changé ces derniers mois. C'est drôle comme rien ne ressemble jamais à l'idée que l'on s'en fait à l'avance. L'ambiance tout d'abord. Après une année 2010-2011 hystérique, surmenée et inconfortable au possible, un déménagement de cauchemar dans un appartement en pleins travaux dans lequel j'ai campé pendant des mois, l'année 2011-2012 a été celle de l'installation, de la décélération, de la prise de nouvelles marques. Le calme après la transition. Et quelques nouveaux horizons. 

Pour la première fois de ma vie, je n'ai pas du tout eu le coeur à l'écriture ces derniers mois, d'où mon long silence. Réunissant mon ancien atelier d'écriture un dimanche à la fin de l'hiver, je me suis retrouvée la plume sèche comme un désert, sans inspiration, ni à vrai dire de désir d'écrire, fait particulièrement insolite et inédit pour moi. Moi qui étais si artiste à une époque (j'ai des placards remplis de cartons à dessins, d'huiles, de gouaches, de pastels, de crayons en tous genres), tout cela semble enfoui dans l'oubli. Je le déplore d'ailleurs. J'ai même songé à vendre mon équipement de laboratoire photo ces derniers jours, qui dort dans la poussière de la cave, c'est dire. Est-ce la destinée de l'âge adulte que de voir cette créativité s'assécher? Je tente épisodiquement de me remettre au piano. Je voudrais redevenir cette personne créative que j'étais, mais la vérité, c'est que j'ai perdu le goût de faire toutes ces choses en solitaire. Sans doute faudrait-il que je me réinscrive à un cours du soir de la Mairie de Paris pour renouer avec mon tempérament artiste. J'admire infiniment Sylvie qui suit chaque soir de la semaine en sortant du travail un cours différent: salsa, tango, dessin, pastel, perspective, etc. Chaque année une bordée de cours différents. Où trouve-t-elle cette énergie?! 

L'autre nouveauté, c'est que grâce à l'allègement de service que j'ai obtenu cette année pour ma thèse, j'ai voyagé en France. Quand j'étais enfant, mon père me disait toujours: "Pour les voyages, l'étranger. La France, ce sera pour mes vieux jours." Au final, il a continué d'aller à l'étranger jusqu'au bout. Ceci dit, il connaissait quand même très bien la France. Moi, j'ai marché dans ses traces. Les vacances ne me semblent jamais être des vacances si je ne mets pas au minimum 1.500 km entre moi et Paris. Ce qui me repose et me régénère, c'est le dépaysement. La nouveauté de cette année, c'est que j'ai découvert que je pouvais (à défaut d'être très dépaysée) être charmée et oxygénée par de brefs séjours en dehors de Paris. C'est fou ce qu'on s'encroûte en étant Parisiens. On a tellement tout à portée de main qu'on sort rarement de la capitale. Et il faut bien le dire, c'est une habitude détestable. D'autant que j'adore la campagne et les vieilles pierres et que la France n'est pas avare de coins merveilleux offrant les deux. 

Je disais donc, j'ai voyagé en France. Pas pour le plaisir en fait: pour la première fois de ma vie, j'ai voyagé pour mon travail, en allant à des colloques pour ma thèse. Un colloque à Limoges, ville que j'ai découverte et qui a une réputation exécrable totalement imméritée: ses deux villages médiévaux totalement préservés sont une merveille absolue. Sa cathédrale imposante, le jardin botanique avec ses clématites géantes qui poussent le long des murs, les souterrains de la Clef, le tout baigné d'un soleil généreux (hormis les souterrains bien sûr); entre deux conférences, c'était un peu le paradis l'espace d'un week-end. Mon appareil photo s'est régalé et moi aussi.

J'avais aussi promis à mes amis non parisiens, délaissés pour cause de surmenage ces trois dernières années, que je tenterais de leur rendre visite. J'ai ainsi découvert Orléans toute proche dont le centre historique parsemé de maisons à colombages et d'édifices médiévaux est très agréable. Je n'en dirai pas autant pour la vie nocturne quasi inexistante. Mais on l'oublie vite en buvant un café sur le bord de Loire.

J'ai également renoué avec Perpignan, dont j'avais délaissé en septembre mon rendez-vous habituel de Visa pour l'Image car je rentrais des USA. Cinq jours de colloque au soleil là encore, avec l'odeur de la pinède et de la garrigue dès que le vent souffle. Il faisait 35°C, et cet avant-goût d'été m'a fait tout le bien du monde. J'ai retrouvé toutes mes habitudes perpignanaises, découvert une nouvelle adresse de bar à tapas, pris le temps de respirer. Je ne sais pas encore si j'irai à Visa cette année. Deux autres colloques sont prévus en septembre: Dijon et Rouen. J'ai déjà traversé brièvement les deux villes par le passé, donc il n'y aura pas le charme de la nouveauté, juste celui d'échapper au gasoil parisien et d'abreuver mes neurones. 

Si je parle autant d'escapades, c'est parce que j'ai pris une courageuse décision: celle de passer tout l'été à Paris pour travailler sur ma thèse (salle U de la BNF, me voici!). D'abord parce que j'ai promis de rendre les premières 50 pages à mon directeur de thèse à la rentrée et qu'elles ne vont pas s'écrire toutes seules. Ensuite, parce qu'avec le nouvel appartement, je suis bien plus fauchée que je ne l'aurais anticipé. Enfin, parce que j'ai encore des choses à finir dans ledit appartement et que l'été me semble propice à cela. 

Je me suis néanmoins promis de me prendre une semaine (sur 3 mois jusqu'à la reprise des cours, cela ne fait pas lourd!) pour faire une escapade quelque part en Europe, histoire de marquer le coup symboliquement. J'hésite entre Norvège, îles méditerranéennes, Islande ou même Ecosse. J'aimerais faire un pays que je ne connais pas, mais lequel? Le Portugal? J'ai toujours à l'esprit Les Amants du Tage de Robert Kessel, lu à l'adolescence, et qui m'avait forgé une vision romantique et passionnée de Lisbonne qui m'a accompagnée jusqu'à ce jour, jamais démentie par la réalité de cette ville pour moi inconnue.

Peut-être également un ou deux week-ends au passage. Après avoir visité l'excellent Marché de l'Histoire à Pontoise (marché médiéval), je suis assez tentée par une paire de jours originaux au Puy du Fou. 

J'espère toutefois que cet été studieux ne sera pas trop solitaire... Je sais qu'un ou deux amis ne partent pas, peut-être l'été parisien m'offrira-t-il ainsi quelques distractions et belles terrasses. Entre deux nuits d'insomnie et de LateX.

Posté par blogdifferent à 09:04 PM - Un peu sur moi - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

    Islande !
    Je viens d'y passer 2 semaines et j'ai déjà envie d'y retourner.
    Content que tout aille mieux pour toi.

    Posté par Sparlate, 14 juin 2012 à 10:17 PM
  • pas toujours différent

    Bonjour,

    Content d’avoir de vos nouvelles.

    Je me repose quand je perds mes repères de la vie quotidienne et la sensation de vacances y est directement liée.

    Je me souviens d’une arrivée à Amman dans une gare routière, des femmes, des hommes, qui semblaient habillés tous de la même façon, pas un mot, pas un nombre, que je ne puisse lire, des minicars blancs partout qui semblaient tous identiques, et nous ne voulions pas aller directement à Petra : les vacances commençaient.

    Loin, la perte des repères est plus facile et plus immédiate, à cause de la différence de niveau de développement, de la langue, de la monnaie, des us et coutumes,du temps de voyage pour y aller…

    Loin rime souvent avec « différent » mais pas toujours.

    Vous hésitez ? Les iles éoliennes. Pas loin et différent. J'attends d'être vieux pour y aller !

    Bon courage pour votre thèse.

    Posté par 2ou3delle, 15 juin 2012 à 04:56 PM
  • Re: Islande

    Bonjour Sparlate,

    Si tu as des chouettes tuyaux comme pour les USA, je suis preneuse! Où as-tu logé, qu'as-tu mangé, visité, escaladé (volcans?)?

    Tu as des photos?

    BD

    Posté par Blogdifferent, 15 juin 2012 à 05:34 PM
  • Re: îles éoliennes

    Bonjour 2ou3delle,
    C'est rigolo, ça, comme suggestion. En réalité, les îles Eoliennes, je connais par coeur, j'y ai été tant de fois que j'y suis connue comme le loup blanc, et je suis même passée à la tv locale pour avoir rédigé un opus sur Stromboli.
    Comme quoi, je n'ai pas encore tout dévoilé à mes lecteurs!!
    De tous les endroits d'Europe, il fallait que vous citiez celui-là, amusante coïncidence.
    Pour le coup, là, c'est moi qui peux vous donner des tuyaux!
    BD

    Posté par Blogdifferent, 15 juin 2012 à 05:39 PM
  • Oui

    J'ai des photos et je suis en train de les mettre sur Flickr, mais je n'ai pas terminé.
    Pour les infos, pas de problème, mais laisse moi quelques jours : je suis rentré mardi et depuis je cours je cours....
    J'essaie de trouver le temps la semaine prochaine.

    Posté par Sparlate, 16 juin 2012 à 07:02 PM
  • Mèl

    Au cas où tu l'aurais raté, je fais mon lourd : je t'ai envoyé un long mail le week-end dernier à propos de l'Islande.

    Posté par Sparlate, 29 juin 2012 à 11:13 PM

Poster un commentaire